Voici deux notions qui font l’objet de beaucoup de débats, la plupart concernant le ratio gain – perte. Communément, vous entendrez souvent qu’il faut avoir une espérance de gain deux fois supérieure à la perte potentielle définie par le stop de protection, mais risques et probabilités fluctuent en permanence suivant les conditions de marché. Comment les définir en fonction du contexte et de la performance en pourcentage de trades gagnants de votre système de trading ?

Il est clair que si vous êtes un scalper, cette notion sera différente que si vous faites du day-trading ou du trading à plus ou moins long terme.

De même, un marché en dérive latérale ne se conforme pas toujours à cette règle du ratio de 2 pour 1, ce qui pourrait être le cas d’un marché en tendance dans lequel ce coefficient peut être largement supérieur.

Analyse quantitative

La distribution des prix à l’intérieur d’un range suit plus ou moins une loi normale dite de courbe de Gauss ou en cloche, mais qu’en est-il quand le marché sort de ce range ?

Dans ce cas, la distribution est plutôt soumise à la loi de puissance. Elle est déterminée par l’apparition de mouvements extrêmes que sont les fortes hausses ou fortes baisses.

Une étude menée sur un historique de 20 ans de la fluctuation des cours du CAC 40 a clairement démontré que la fluctuation des prix ne suit pas une courbe gaussienne, diagramme qui supposerait une certaine rationalité des investisseurs.

Au contraire, on remarque la fréquente apparition de mouvements de forte amplitude. Ces variations apparaissant principalement sous l’impulsion de gros investisseurs comme des fonds d’investissements.

La démarche optimale de ces gros investisseurs étant de proposer un prix à l’achat ou à la vente qui leur paraît être le moyen terme idéal entre ce qu’ils pensent représenter le prix le plus juste et leur intention de réaliser l’opération relativement rapidement.

Les théoriciens du monde de la finance des marchés efficients en ont eu pour leur compte ! En effet, la prévisibilité des cours est toute relative et ne peut s’appliquer en tant que telle comme modèle définitif. ( cf article Incertitude et irrationalité )

Les concepts de la finance comportementale viennent appuyer cette imprévisibilité en démontrant que les sources de la rationalité sont différentes en fonction des individus. Chacun ayant une rationalité propre, en fonction de ses facultés cognitives, de son univers de valeurs et du groupe auquel il s’identifie.

Nous voyons donc que la détermination du couple risque-rendement est intimement liée aux conditions du marché.

Chaque mouvement des prix a une durée dans laquelle s’inscrivent trois étapes : un commencement, un milieu et une fin. Le tandem risque-rendement n’étant pas le même à chacune de ses étapes.

Approche statistique

C’est ici qu’il est bon d’avoir une approche statistique. Vous devez pouvoir déterminer quelles sont vos chances de réussite par rapport à l’environnement de marché qui vous est montré par le mouvement des prix.

Un exemple simple : le cours touche pour la « combientième » fois un support ou une résistance. Statistiquement vos chances de réussir diminuent si vous décidez d’acheter un support au moment de sa troisième approche ou « touchette » et réciproquement quand il s’agit de vendre une résistance.

Il en est de même quand vous achetez sous un support ou vendez au-dessus d’une résistance, le pourcentage de succès s’amoindrit.

Bien sûr, ces exemples élémentaires ne sont pas toujours vérifiés, mais en termes de probabilité ils ont une valeur qu’il ne faut pas négliger.

Le trading consiste à pouvoir déceler des informations directionnelles à travers les cycles fluctuants des prix. Pour chaque configuration, il existe un sens meilleur qu’un autre, plus lucratif, ayant un risque minimum et donnant un avantage statistique.

Le but est d’apprendre et de comprendre comment exploiter cet avantage et beaucoup de traders sont perdants techniquement à cause d’un désavantage.

Encore une fois, il n’y a pas de solution toute faite. Ce n’est que par un long apprentissage que la lecture des graphiques se révélera être de plus en plus claire en vous donnant la bonne information au bon moment : faut-il vendre, acheter ou ne rien faire ?

Vous serez confronté alors à la solidité de vos règles ainsi qu’à la bonne connaissance que vous avez de vos comportements et de la gestion de ceux-ci.

C’est cette confrontation consciente qui vous indiquera, au-delà des gains et des pertes, que vous atteignez votre seuil de régularité garant de réussite sur le long terme.

La vraie folie, c’est de faire encore et toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.

À méditer…

(Je n’ai pas détaillé dans cet article ce que sont les lois normales et de puissance, vous trouverez sur internet une abondante documentation expliquant leur constitution et leur application aux marchés financiers)

 

© 2016 Francis Keyvan